Le chemin historique des princes :

Le comte Reinhard de Hanau –Lichtenberg, sans héritier mâle avait  donné en 1741 sa fille en mariage à Louis VIII de Hessen. Quand leur fils, Louis IX , élevé au château de BOUXWILLER , parvint au règne, il géra son administration civile depuis BOUXVILLER et implanta le siège de son armée à Bermesens qui à cette  époque, n’était encore qu’un petit hameau autour d’un pavillon de chasse. Il y développa des casernes et créa la ville de Pirmasens. Cette situation engendra un important flux de déplacements entre les deux « capitales » de Bouxwiller et de Pirmasens. La route des Princes partait de Bouxwiller pour passer à Obersoultzbach , Ingwiller, Rothbach ou Reipertswiller (selon les conditions météorologiques), Baerenthal, Bannstein, Waldeck, Neu-Zinsel, ce hameau d’Eguelshardt où l’on relayait les chevaux, puis la Main des Princes, Eppenbrunn …. Pirmasens. Des calèches, des charrettes chargées  de vivres, des émissaires et des facteurs à cheval mais encore des gens du peuple se déplaçaient tous les jours sur cette route historique longue de soixante-cinq kilomètres qui serpentait par monts et vaux à travers la forêt. Le chemin des Princes perdit son trafic en 1790 quand les biens des seigneurs de Hanau furent nationalisés par la Révolution française.

La photo ci–dessous montre la route d’aujourd’hui, à Neu-Zinsel, ancienne cense disparue de l’abbaye de Sturzelbronn. La voie est ombragée par des marronniers  plus que bicentenaires, plantés par Schutzenberger, ancien brasseur et maire de Strasbourg, propriétaire du domaine de 1792 à 1850. Aujourd’hui la route et les forêts environnantes appartiennent à l’Etat .